Les femmes dans l’art – Livre

Les femmes dans l’art de Marta Alvarez Gonzalez et Simona Bartolena aux éditions Hazan

À la question « qui sont les femmes ? », les artistes répondent de mille façons, depuis les temps les plus reculés. Mais jusqu’à une époque récente, peintres et sculpteurs furent à quelques remarquables exceptions près des hommes : les femmes ont investi massivement la scène artistique seulement au XXe siècle. Auparavant, elles furent présentes dans la création en qualité de muses, commanditaires ou collectionneuses. L’art nous offre donc une représentation de l’identité féminine, à travers divers visages : déesse, mère, épouse, amante, sainte, pécheresse, créature angélique ou diabolique… Cet ouvrage s’attache d’abord aux âges de la femme, qui correspondent à des rôles et des expériences différents. Il analyse ensuite les images et modèles féminins, de la perfection immaculée de la Vierge Marie à l’irrésistible faiblesse d’Ève, de la vertu exemplaire des héroïnes antiques à l’impudeur des prostituées et entremetteuses, en passant par les thèmes liés au corps et à la beauté. Le troisième chapitre traite du domaine traditionnellement considéré comme féminin par excel­lence, la sphère domestique. Le quatrième décrit la femme au travail, et le cinquième évoque les domaines de la vie publique dans lesquels les femmes ont fait entendre leur voix, de la politique à la culture, de la vie en société aux mouvements associatifs. Enfin, sont mises en lumière les femmes artistes, de la Renaissance à nos jours. Un index général et un index des artistes complètent ce « Guide des arts » richement illustré, et permettent au lecteur d’en varier les modes de consultation.

Les femmes dans l’art de Marta Alvarez Gonzalez et Simona Bartolena aux éditions Hazan

L’art du nu de William Dello Russo – Livre

Livre L'art du nuL’art du nu de William Dello Russo aux éditions Hazan

 

Si le nu traverse toutes les époques et toutes les cultures, de la préhistoire à aujourd’hui, de l’Inde à l’Océanie, de l’Afrique à l’Europe, seule la culture occidentale l’a codifié comme un « genre » autonome. Reflet d’une culture, de ses goûts esthétiques et surtout de la morale de son temps, le nu fut considéré avec une grande suspicion du Moyen-Age à l’ère moderne. Il n’a pénétré les lieux sacrés de la chrétienté qu’au prix d’âpres batailles, et même après être devenu un « sujet » dans les académies, au XVIIIe siècle, il continuera de susciter la réprobation, voire le scandale. C’est cette histoire que retrace le premier chapitre de cet ouvrage. On y constate que nombre d’œuvres, autrefois tenues pour scandaleuses, n’ont plus rien de choquant. La notion même du nu a évolué : montrer un bras provoqua jadis un intérêt tout autre qu’aujourd’hui. Le nu fut attaqué par la censure, la morale, la culture artistique ou la critique : c’est l’objet du chapitre suivant. Le lecteur suivra les diverses formes prises par le nu : il a été décliné à tous les âges de l’homme, de l’enfance à la vieillesse, et jusqu’à sa mort, chaque époque élisant parmi ces phases de l’existence une « forme idéale ». Les poses, présentées ensuite, ont des significations symboliques précises, que leur confère chaque artiste. Enfin, l’ouvrage examine les sujets les plus traités, et l’évolution de la symbolique attachée au nu au fil des siècles. Deux index et une orientation bibliographique complètent cette documentation, richement illustrée.

L’art du nu de William Dello Russo